La pendaison de crémaillère est prévue à la fin de la semaine, les cadres sont quasiment tous accrochés au mur, bref on peut enfin vous présenter notre nouveau home sweet home indien (4 mois et demi après l’emménagement, il était temps..). On ne s’étendra pas sur l’épreuve du déménagement «local» en Inde que nous avons passé non sans exaspération, colère et désespoir tour à tour, le principal c’est que nous avons maintenant une superbe maison: 3 niveaux en tout (le second sert en fait de lingerie/stockage en tout genre), bref de la place à revendre! Et surtout ça divise mon temps de trajet pour le bureau par 2 (40-45 minutes contre 1h à 1h30 avant...).
Pour ceux qui n'avaient pas eu la primeur en juillet sur FB, voici à quoi elle ressemble:
DSC_0856

DSC_0855C'est parti pour la visite du rez de chaussée:
Rz chaussee JTMLe salon
DSC_0809

DSC_0810La salle à manger
DSC_0823

DSC_0824

DSC_0820Le bureau
DSC_0812

BureauLa cuisine (une salle de bal!)
DSC_0826

DSC_0827On monte l'étage:
DSC_0859

DSC_0870

1er etage JTMLe palier-bibliothèque
DSC_0857

DSC_0833La chambre des parents
DSC_0837

DSC_0838

DSC_0839La salle télé/salle de musique
DSC_0832

DSC_0868La chambre de Noé
DSC_0834

chambre NoeLa chambre de Camille et son lit de maharani
DSC_0848

chambre CamilleCe que préfère les enfants, c’est la salle de bain de Camille qui offre un luxe inouï ici: une baignoire! Et avec une aire de jeu, la piscine et un terrain de tennis au bout de l’allée, des petits copains français au coin de la rue et une résidence fermée qui offre de larges allées sans circulation pour faire de la trottinette ou du vélo, on est pas loin du centre de vacances permanent!
L'envers du décor, c'est que la résidence est au milieu de nulle part, dans l'ouest de la ville, où à part le campus de Microsoft et des bâtiments de grosse banques (financial district comme ils disent!), il n'y a rien. Pas un commerce à moins de quelques kilomètres excepté un petit stand de thé sous bâche...

Comme toujours l’auberge est grande ouverte aux voyageurs de passage, ça n’est pas la place qui manque!